Théâtre communautaire, 4eme (et dernier) volet

Si vous avez bien suivi nos aventures, vous remarquerez que dans chaque pays, nous avons rencontrer les pionniers du théâtre communautaire en Amérique Latine : Circuito Barracas à Buenos Aires (Argentine), Fundacion Compa à El Alto (Bolivie), Arena y Esteras à Villa Salvador (Pérou) et maintenant, Esquina Latina à Cali.

On y rencontre Orlando Cajamarca, le directeur du théâtre afin de parler des spécificités du théâtre communautaire en Colombie.

Alors qu’en Argentine, le théâtre communautaire est l’initiative des habitant-e-s du quartier (théâtre du peuple pour le peuple, you know). C’est, grosso modo, une bande de voisins qui s’organisent afin de jouer, faire des ateliers, monter des spectacles mais ce ne sont pas des “professionnels du théâtre” : à bas les diplômes et le monde bourgeois des “théâtreux”, emparons-nous de cet art pour créer du lien dans le quartier ! En réalité, c’est un peu plus complexe que ça et les “voisins” en question sont rarement issus des quartiers les plus pauvres).

En Colombie, nada que ver : ce sont des acteurs et actrices professionnel-les qui interviennent dans des quartiers populaires, voir situés dans des zones sensibles liées aux conflits armés. C’est un théâtre au service de la communauté mais créer par des professionnel-les du théâtre.

Drôle de parcours pour Orlando qui nous explique qu’il a d’abord fait des études de médecine et qu’il a commencé le théâtre durant ces années-là. C’est d’ailleurs par la médecine qu’il bascule dans le monde professionnel du théâtre. Il se voit proposer de faire des ateliers de théâtre dans des zones sensibles mais avec pour thème la santé : l’hygiène, l’alimentation etc. Il a pu, grâce à ces ateliers, créer un réseau, prendre contact avec les différentes communautés pour ensuite proposer des ateliers de jeu théâtral.

On se rend compte au bout de cinq mois que le monde du théâtre communautaire en Amérique Latine n’est pas si grand ey surtout que ses membres commencent à se réunir, s’organiser ensemble, en montant par exemple des événements en commun comme le Congreso de Cultura Viva y Comunitaria (sorte de plateforme du théâtre latino américain). Le deuxième congrès se déroule cette année au Salvador, durant le mois d’octobre. Au programme : des ateliers, des conférences, des rencontres,… pour consolider l’impact de la culture vivante et communautaire en Amérique Latine. Ils-elles commencent ainsi à prendre conscience de leurs spécificités latino-américaines  et à se détacher du théâtre occidental, encore largement (trop ?) perçu comme le seul et unique modèle ; et ces rassemblements seraient là pour témoigner de ces particularités.

L’aboutissement d’un long processus de décolonisation de la pensée…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s